Frais de livraison fixe de 9.90 € toute France* et quel que soit le nombre de plantes !                                                                                               

Comment me débarrasser naturellement des parasites sur ma plante ?

ll arrive que des parasites élisent domicile sur vos plantes et qu’ils ne vous fassent aucun cadeau. Si vous constatez qu’une de vos plantes a été infestée et que vous avez peur qu’ils se reproduisent à la vitesse grand V : respirez un bon coup ! Découvrez ici comment reconnaitre les nuisibles et passons au crible tous les moyens pour s’en débarrasser.

Avant toute chose, ouvrez bien les yeux et observez les signaux que votre plante vous envoie. Gardez à l’esprit que la plupart de ces insectes parasites sont très difficiles à voir à l’œil nu du fait de leur toute petite taille ! Pour lutter contre ces nuisibles, mieux vaut savoir les reconnaître.
Pas d’inquiétude, Il y a des signes qui ne trompent pas ! Focus sur les « bébêtes » les plus courantes qui mettent en péril vos plantes : la guerre est déclarée !

Voyons ensemble les raisons qui peuvent expliquer la situation et comment contrer ce mal.

La cochenille, l’ennemi ultime de toute les plantes

Anciennement appelés « poux des plantes », les cochenilles, sont celles que l’on repère le plus facilement. Il existe plusieurs types de cochenilles : La plus habituelle est la farineuses que l’on reconnaît à son aspect cotonneux. L’autre, la cochenille à carapace, est recouverte d’une coquille dure de couleur brune.

Le traitement de choc

Si vous vous apercevez de leur existence, voici les choses à faire :
Premier geste : Mettre en quarantaine la plante contaminée pour éviter la propagation.
Le meilleur remède : incorporez du savon noir mélangé à de l’eau et pulvérisez sur toute la plante sans oublier le dessous des feuilles ( renouvelez l’opération 48h plus tard.)
Autre antidote : Tamponner directement les cochenilles avec un coton-tige imprégné d’alcool à brûler. ( faites un autre passage, une fois par semaine pour une période d’un mois.)
La méthode la plus simple : En cas d’importante colonie, coupez les branches infectées.

Pense bête : De manière générale, traiter de préférence le matin ou le soir hors des rayons du soleil et de la pluie.


Les envahisseurs : les thrips

Vous avez peut-être entendu parler des thrips, ces petites vermines qui agissent en douce avec une seule idée en tête : grignoter un maximum de feuilles. Et, malheureusement, la plupart de nos plantes sont sujettes à ces bestioles, surtout par période de temps chaud et sec.

Les premiers symptômes

  • Les feuilles deviennent souvent vertes et ternes et développent plus tard des marques argentées.
  • Manifestation de petits points noirs et luisants.  
  • Les feuilles sont cassantes.
  • Les jeunes feuilles sont criblées de petits trous.

Le traitement de choc

Place aux grands moyens !
Le meilleur remède : Préparez un mélange de savon noir ajouté à une décoction de gousses d’ail, à vaporiser 2 à 3 fois à 5 jours d’intervalle.
La plus simple des préventions : allez hop ! à la douche et que ça saute ! (les thrips ont horreur de l’humidité ! )
La Méthode la plus rapide : Placez des bandes adhésives bleues pour les attraper tous !

Les araignées rouges : l’indésirable

C’est un scandale, mais quelle abomination me direz-vous !
On vous rassure tout suite les arachnophobes ! :’)
Il s’agit d’un minuscule acarien et non d’une araignée à proprement parler.
L’araignée rouge est tellement microscopique que sa présence nous échappe parfois.
Qu’est-ce qui les attire ? Les environnements très secs et chauds qui favorisent leur pullulation ( surtout par temps très chaud et en hiver à cause du chauffage.) Bref, Il faudra se retrousser les manches pour s’en débarrasser !

Les premiers symptômes

  • Ouvrez bien les yeux : vous verrez peut-être des toiles tissées autour des feuilles et des tiges.  
  • Si vous souhaitez confirmer la présence des araignées rouges : placez un sopalin à plat en dessous des feuilles et secouez votre plante si la poussière qui tombe dessus se met à bouger, pas de doute c’est une araignée rouge.
  • Poussée de petits points blancs ou jaunes qui provoqueront la majorité du temps un jaunissement total des feuilles.

Le traitement de choc

Les premiers soins à apporter à votre plante :
Le point important : L’H-U-M-I-D-I-T-É !
Vaporisez de l’eau non calcaire quotidiennement sur le feuillage afin de les anéantir. Si ce n’est pas suffisant : vous pouvez aussi vaporiser du savon noir & de l’eau ou bien nettoyer avec une éponge imbibée d’eau savonneuse ( réitérez l’opération tous les 3 jours )
Autre option : enlever les feuilles et les tiges gravement atteintes.
Autre formule qui marche du tonnerre : Mixture d’huile essentielle de romarin diluée dans de l’eau et vaporisez sur les feuilles infestées.
(à répéter tous les 3 jours durant une quinzaine de jours)

Sacrés pots de colle, les pucerons

Les pucerons peuvent former une colonie en un rien de temps sur nos plantes et peuvent migrer vers d’autres plantes quand bon leur semble ! On vous l’accorde chers plants addicts, c’est extrêmement énervant !

En plus pour couronner le tout, les pucerons peuvent transmettre des virus ou des champignons. S’ils ne sont pas chassés rapidement, ils peuvent finir par tuer votre plante adorée.

Les premiers symptômes 

  • Déformations des feuilles allant même jusqu’au dessèchement.
  • Chute du feuillage ; affaiblissement général de la plante.
  • Les feuilles s’enroulent.
  • Une croissance ralentie.
  • Présence d’un miellat poisseux.  
  • Formation de fumagine.

Le traitement de choc

Les essentiels pour se débarrasser des pucerons :
La Méthode la plus simple : Vous pouvez les enlever à la main si la famille est peu nombreuse.
L’option rapide : Projetez un puissant jet d’eau pour les faire décamper.
Le meilleur remède : Faites bouillir un litre d’eau en plaçant 6 gousses d’ail pendant 1/4 d’heure. Laissez refroidir pendant quelques minutes puis filtrez et pulvérisez directement sur les pucerons.
Autre antidote : Ajoutez du savon noir (ou savon de Marseille) et une cuillère à soupe d‘huile d’olive mélangé à de l’eau et vaporiser sur les pucerons, les feuilles, les tiges…partout.

À présent, vous savez tout ce que vous devez savoir à ce sujet 🙂
Dites bye-bye aux nuisibles, ils ne reviendront pas de sitôt, promis !

Partager:

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur linkedin
LinkedIn

Posts similaires

comment arroser une plante

Comment reconnaître une plante qui a été trop arrosée, et que faire ?

Au début, il peut être difficile de reconnaître un excès d’arrosage, mais n’ayez crainte, c’est tout à fait normal de se sentir perdu.

Comme on le sait tous, l’arrosage est une routine essentielle pour que vos plantes restent belles et vivent longtemps.
Il est donc important de déterminer leur besoin en eau pour adapter au mieux vos arrosages.
En effet, l’eau c’est la vie ! Mais comme tout, c’est une question d’équilibre !

puis-je mettre des plantes dans ma chambre

Puis-je mettre des plantes dans ma chambre ?

C’est LA question qui nous est le plus souvent posée !
Pourquoi ? Il existe une superstition selon laquelle il faut éviter de mettre des plantes dans la chambre à coucher car elles absorberaient l’air que l’on respire durant la nuit.
Mais qu’en est-il vraiment ?

quelles expositions pour les plantes

Quelle différence entre lumière directe et indirecte ?

Parlons plantes, parlons lumières !
On le sait : ô combien la lumière est vitale pour toutes plantes. Sans cet élément, elles ne pourront pas se développer.
Le saviez-vous ? Les plantes utilisent la lumière comme source d’énergie pour la photosynthèse.
Ce processus permet à nos amies vertes de se nourrir par leurs feuilles.

plante transpire

Pourquoi ma plante sue ?

Du latin « gutta » signifiant goutte, la guttation est un phénomène naturel qui permet aux végétaux d’expulser le surplus d’eau.